La Gazette des Biquets N° 27

Les îles du Vent avec Tahiti et Moorea

 


Ia ora na e Maeva, bonjour et bienvenue


100 IA ORA NA

L’accueil Polynésien
Influences, mélanges et métissages, la population Polynésienne est le reflet de son histoire. Polynésiens, Chinois et Occidentaux vivent ensemble partageant les mêmes valeurs. Ici le sourire est partout, l’accueil est un art et le « savoir recevoir » une tradition.
« Ne détourne pas tes yeux de celui qui passe devant ta maison, sans l’inviter à entrer pour manger »
« Ne regarde pas avec indifférence le voyageur qui passe devant ta maison. Tu dois l’inviter a entrer chez toi »
L’accueil, la bonté, la générosité, sont les marques distinctives des Polynésiens. Ils sont riches de ces principes qui se transmettent de génération en génération.

  
101 TANE                                                               102 VAHINE

Territoire d’Outre-Mer, situé à plus de 17000 Kms de la France, dans le quart sud de l’océan Pacifique, la Polynésie Française comprend 118 îles et îlots soit quelques 4000 km2 de terres émergées, éparpillées au beau milieu d’une zone maritime de 4 millions de Km2. Elle est constituée de cinq archipels avec les Australes, les Gambier, les Marquises (voir gazette 25), les Tuamotu (voir gazette 26) et les îles de la Société dont nous allons à présent vous parler.


103 CARTE ILE DE LA SOCIETE

Ces îles ne sont que des sommets émergés de volcans édifiés à partir du fond de l’océan, qui sont aujourd’hui éteints. Tous les volcans n’ont pas été d’une activité débordante et seuls ceux dont les sommets ont réussi a s’élever au-dessus des flots figurent sur les cartes géographiques. Ainsi Tahiti, la plus haute des îles de la Société, s’élève à 2241 mètres, et voit sa base s’ancrer à plus de 4000 mètres de profondeur.
Alors plongeons ensemble pour les découvrir.


104 TAHITI LA DIADEME

Les îles du Vent avec Tahiti et Moorea


105 L ILE DE TAHITI

Tahiti, c’est l’île connue de tous et célèbre dans le monde entier par l’histoire du Bounty en 1789, puis par le séjour du peintre Français Paul Gauguin qui fut littéralement envoûté par cette île et y trouva l‘inspiration de ses principales œuvres.


105A TAHITI PAUL GAUGUIN

Sur les 270 000 habitants de la Polynésie Française, plus de la moitié vivent à Papeete et dans les communes voisines. Papeete, c’est aussi le seul grand port ou rayonne tout le trafic maritime de la Polynésie, mais aussi le seul aéroport international et le siège de tous les services administratifs, alors quelle fut notre surprise en découvrant, malgré son importance, une ville si sympathique !

Nous pénétrons par la passe de Papeete. L’accès par cette passe principale large et profonde, ne pose la plupart du temps aucun problème mais peut devenir délicate et même impraticable par vent et houle de Nord Nord-Ouest. Nous laissons, sur bâbord, la marina de la ville et empruntons le chenal balisé du lagon entièrement protégé par une barrière de corail. Au passage un bref appel VHF canal 12 à la vigie de l’aéroport pour obtenir l’autorisation de passage au niveau de la piste d’atterrissage et nous voici rendus au milieu d’une forêt de mats, dans le quartier de Punaauia et de la marina Taina.

  
105B PAPEETE LE PORT                                                                           106 PAPEETE MOUILLAGE MARINA TAINA

Début juillet, la fête du Heiva se prépare, c’est la plus populaire, la plus longue et la plus belle des fêtes de la Polynésie qui débute !
Le mouillage est bondé, dur, dur de jeter son ancre, et de prévoir un bon évitage, les zones d’ancrages devant la marina sont pourtant immenses, le nombre de bouées de mouillage innombrables, mais visiblement prises d’assaut, bref difficile de trouver une petite place pour ancrer notre gros Voyage.
Enfin mouillés entre le chenal et la barrière de corail, sous des fonds merveilleux et turquoises de 5 mètres les myriades de petits poissons, s’affairent autour des pâtés de coraux.

  
107 POISSONS DEMOISELLES A TAINA                                                                           108 CORAUX AU MOUILLAGE A TAINA

La barrière de corail protège bien le mouillage des vents dominants d’Est, mais le plan d’eau devient vite agité par vent de Sud Est.
La marina TAINA, bondée elle aussi, offre l’avantage pour nos débarquements à terre, d’accepter les annexes, bien à l’abri, amarrées à quai à l ‘intérieur du port. Le poste de carburant offre la possibilité de s’approvisionner également en eau potable et la laverie est à disposition.
Cette marina présente aussi l’avantage d’être seulement à 15 km de la capitale Papeete, soit à 20 minutes par les autobus de la ville qui passent devant l’entrée. Elle est située à quelques centaines de mètres d’un magasin Carrefour, facilitant ainsi grandement le ravitaillement
Bon terminé pour les courses, à présent, place à la fête, nous sautons dans un autobus et en route pour le centre ville. Le trajet passe devant l’Université, les grands Hôtels et l’Aéroport, logeant toujours le bord de mer, le spectacle du lagon turquoise est magnifique. Terminus au centre ville juste en face du syndicat d’initiative à quelques pas du poste de douane et du marché qui présente à profusion.

Pour les nouveaux arrivants, les formalités sont simples. Les bureaux se trouvent sur les quais tout proche du syndicat d’initiative avec le trio habituel à tous les pays visités : capitainerie, émigration et douane. Les droits de présence du bateau en Polynésie sont depuis 2010 de 2 ans pour les ressortissants Français ou Européens. Ensuite c’est le départ ou le paiement de la fameuse « Papétisation » (environ 15 à 20% du prix argus du bateau à verser dans les caisses du pays).

La ville est une frénésie de couleurs, de senteurs. Elle est belle, accueillante, gaie et souriante, colorée par les fleurs en abondance on s'y s'en bien. Des petits groupes de musiciens, ukulélés en mains animent les pas de portes.

L’architecture de la ville n’est pas écrasante, les grands immeubles ne sont pas abondants. Une prolifération de jardins, de plantes et de fleurs donnent un air gai, un air de fête.

  
109 PAPEETE MARCHE AU FLEURS                                                                           110 PAPEETE COULEUR LOCALE

La fleur de Tiaré, l’emblème de Tahiti est partout. Chacun la pique derrière l’oreille à sa guise, selon la coutume. Les jeunes femmes fixent aussi, dans leur longue chevelure noire souvent tressée, de splendides hibiscus rouges ou portent de remarquables couronnes florales.

  
111 COURONNE DE TIARE                                                                           112 FLEURS PARTOUT

Les femmes plus âgées portent souvent un chapeau de paille tressé, lui-même décoré de fleurs ou de coquillages. Les passants semblent joyeux et amicaux, le salut facile, un seul pied posé sur la chaussée et toute la circulation s’immobilise, ici le piéton est heureux.

  
113 DETAIL CHAPEAU                                                                                         114 VAHINE CHAPEAUTEE


114A PAS BEAU MON SAC

Il y a une continuation des coutumes ancestrales et les hommes sont souvent tatoués sur les bras, les épaules, les mollets, les genoux. Les femmes le sont aussi, mais de façon plus discrète, sur la nuque ou aux creux des reins que leurs chemises laissent deviner.

  
115 TATOUAGE                                                                                                        116 TATOUAGE

On les croise dans la rue, ils sont physiquement grands, arborent un air et des manières sans conteste efféminés, et sont souvent travestis. Ils sont employés dans les magasins, dans les hôtels et souvent dans la restauration. D’une gentillesse et patience remarquable, ils sont attentionnés et souriants, Élevés depuis leurs naissances dans un esprit féminin, participants aux taches ménagères en famille, habillés comme des filles, ils se sont au fur et à mesure de leurs croissances détournés de leur sexe de naissance. Autrefois, cette coutume familiale permettait d’éviter à l’un de ses garçons, de participer aux guerres tribales et aux risques fréquents de se faire tuer ; un refuge en somme pour survivre. A ce jour c’est un choix personnel, les « Rai rai » semblent parfaitement admis et intégrés dans la population. Encore un bel exemple de tolérance et de partage dont nous devrions grandement nous inspirer.

  
117 PAPEETE LE MARCHE                        118 PALETTE DE COULEURS

Tous les matins, c'est au marché municipal que bat le coeur de la ville. Polynésiens, Chinois, Européens (Popa’a), métis ou demis (Polynésiens/Chinois ou Polynésiens/Européens), tous les groupes ethniques et toutes les classes sociales font vivre ce lieu typique
Dés l’aube il regorge d’activités. Les bouquets de Tiaré, d’Anthuriums, d’Oiseaux du paradis se mêlent aux compositions florales à base d’Orchidées ou de Roses de Porcelaine. En bas, les produits de vannerie, les costumes de danses s’harmonisent en couleurs avec les innombrables colliers de coquillages, les objets de nacre ou de bois sculptés qui témoignent de la vitalité des associations artisanales. La halle aux poissons et aux viandes côtoie les étals colorés de fruits et légumes. Ananas, Mangues, Papayes, bananes, pastèques présentés joliment en rangées ou pyramides ensoleillent encore la palette de couleurs.

  
119 COLLIERS DE COQUILLAGES                                  120 DETAILS COLLIERS

Au premier étage, une incroyable diversité de paréos et de Tifaifai (pièces de tissus sur lesquelles sont assemblés des motifs de couleurs par appositions) enchantent la gente féminine. Les galeries d'objets artisanaux et de bijoux où la perle noire de Tahiti est à l'honneur se succèdent mais, à cet étage, c'est aussi la vue sur le rez-de-chaussée qu'il ne faut pas manquer. Et pour vous envoûter juste sur la sortie, les étals de monoï, de miel et de vanille laissent échapper leurs odeurs enivrantes.

                    
121 PAPEETE OISEAUX DU PARADIS          122 ANANAS AU MARCHE

Le Heiva, festival annuel du folklore traditionnel local avec ses chants et danses bat son plein durant tout le mois de juillet dans l’archipel de la Société. Ces festivités soulèvent l’enthousiasme de toute une population pour sa culture et ses traditions. Des milliers de participants se mesurent dans des épreuves sportives et culturelles. Des groupes de chants et de danses se produisent au théâtre en plein air, sur la place To’ata de Papeete dans un somptueux concours durant plus de 3 semaines.

   
123 PAPEETE HEIVA 2010                                     124 PAPEETE HEIVA 2010

   
125 TAHITI HEIVA 2010                                                                                     126 TAHITI HEIVA JEUNES

Des manifestations de sports traditionnels sont représentées tel que le lancer de javelots afin d’atteindre une noix de coco située sur un poteau à 7.50 m du sol.

   
127 HEIVA LANCER DE JAVELOT                                                                           128 EPREUVE FEMININES

  
129 PRÊT AUX LANCERS JAVELOTS                                                                           130 LANCERS JAVELOT

La préparation et décorticage au plus rapide du coprah, les levers à bras le corps de pierres monstrueuses, les courses effrénées des porteurs de fruits, les danses des guerriers Marquisiens animent la ville et le parc du magnifique musée de Tahiti et des îles.
Un grand moment !

  
131 PREPARATION DU COPRAH                                                                           132 DECORTICAGE AU PLUS RAPIDE

  
133 TOUR DES TANES                                                                                        134 LEVEE DE PIERRE 120 KGS

  
135 HEIVA DETAIL TATOUAGE                                     136 DANSEUR MARQUISIEN

  
137 40 KGS DE FRUITS A PORTER                                                                           138 COURSES DE PORTEURS DE FRUITS

Dans la rade et le lagon de Papeete, mais aussi en haute mer, nous assistons aux courses de pirogues ou Vaa a. Ces longues embarcations glissent majestueusement sur le plan d’eau, Elles sont menées par 1, 3, 6 ou 16 rameurs ou rameuses cadencées sous le contrôle d’un chef qui crie des ordres en chantant pour le changement tribord ou bâbord des rames sans perdre le rythme.

  
139 PIROGUES COURSES HAWAIKINUI                                                                           140 COURSES PIROGUES DETAILS

Puis afin de se remettre de tous ces efforts, rien de tel qu’une bonne bière locale à l’emblème de la vahiné, non ?

  
141 OUF DURES EPREUVES                                                                              142 HINANO FOR EVER

On dit toujours, après avoir bien bu, il faut éliminer.
L’ascension du mont Aorai (2066m), je crois, devrait suffire !
Empruntant la route de Fare Rau Ape, une étroite route grimpe dans une belle foret sèche parsemée de manguiers au bout de laquelle le restaurant le Belvédère offre une belle vue sur l’ensemble de la ville de Papeete.

  
143 LES HAUTS DE PAPEETE                                                                           144 RANDONNEE SUR L AROAI

Nous sommes, bien heureusement, en pleine forme ce matin là, embarquant dans ce périple fou, notre amie Françoise. Le sentier agréable sur la première partie de cette randonnée nous offre un magnifique panorama sur la rade de Papeete.
Une halte au premier refuge pour pique-niquer et voici la folle équipe qui reprend gaiement l’ascension.

  
145 PREMIER REFUGE                                                                           146 CELA SE CORSE

Mais tout se corse, lorsque cette randonnée se transforme en escalade, des cordes de rappel nous permettent de gravir les failles de terre, le rocher du diable, voir même de l’enfer, s’érige devant nous. De la varappe diront les uns, l’entraînement journalier pour la base de commandos pour les autres, et moi, je suis complètement tétanisée et collée à la roche comme une arapède que l’on veut arracher !

  
147 VARAP                                                                           148 IL NE FAUT PAS SE RETOURNER

Nous parvenons, non sans mal, au second refuge au soleil couchant, il fait à 2000 m un froid Sibérien. Nous superposons tant bien que mal, toutes les couches de vêtements que nous possédons dans nos sacs à dos. Le vent s’engouffre en hurlant par les carreaux cassés du refuge, un énorme trou béant dans le plancher fait office de ventilation à plein régime.
Pas de doute, voici enfin un refuge ou l’on ne sentira pas les pieds !

L’apéritif nous réchauffe grandement pendant que sur notre petit réchaud, mitonne un succulent repas chaud, qui allége bien heureusement nos sacs à dos. Couchés sur nos petites carpettes, emmitouflés dans nos duvets tropicaux, blottis tous trois en chien de fusil, nous tentons désespérément de fermer l’œil, stalactites latentes au bout du nez !

  
149 APERO POUR SE RECHAUFFER                                                                           150 DES GLACONS

Pas besoin de réveil aux premières lueurs de l’aube, après cette nuit glaciale. Nous sommes bien vite prêt puisque déjà tout habillés !

  
151 ON SE LES GELE                                                                                              152 L AUBE SUR PAPEETE

Françoise exemplaire, serre les dents mais à aucun moment ne laisse échapper, sa peur ou son mécontentement, Philippe rumine.
Quant à Biquette, c’est la descente aux enfers, la peur au ventre, rampant comme une tortue sur les crêtes, assise au sol dans les passages boueux, fesses tannées comme les babouins et paralysée par le vertige contre les parois rocheuses.

  
153 DESCENTE AUX ENFERS                                      154 BONJOUR LE VERTIGE

  
155 EN BAS LE 1ER REFUGE                                                                              156 J'AI LA TROUILLE

Heureusement, son sauveur, son Rumbo, son Brad Pitt est là, surgit de derrière on ne sait quoi. Ce beau et jeune Anglais en vacances sur l’île, juste lesté par d’une tablette de chocolat et d’un demi-litre d’eau, se propose de porter son sac et de la seconder pour la descente. Sauvés nous savourons ensemble le reste de nos victuailles et le bon saucisson et camembert coulant s’accommodent agréablement au chocolat fondant.

  
157 LE VIDE                                                                           158 SAUVES, PAPEETE EN VUE

Grande fut notre joie de retrouver enfin la ville de Papeete !
Et pour fêter cela, un énorme Tiramisu noud attend au bar de la marina pour la cinquantième année de la capitaine. Un orchestre local, quelques pas de danse, (ou s’envolent les courbatures et ou Biquette paraît bien plus a l’aise que sur la parois rocheuse). Un bon repas, bien entourés de tous nos amis de Tahiti, hein dites-moi, elle est pas belle la vie !

  
160 TIRAMISU                                                                                                       161 VAHINE TOUT SOURIRE

  
162 DEUX PAS DE DANSE                                                                                     163

  
                  164 HEUREUX !                                                                                   165 BON ANNIVERSAIRE

Moorea


166 ILE DE MOOREA

Nommée petite sœur de Tahiti la grande, seulement à 15 miles, de la capitale, l’île de Moorea possède un splendide lagon qui l’encadre totalement.
Mais avant de s’y réfugier, il faudra parfois affronter le chenal entre les deux îles, souvent sujet à un clapot haché et confus, du au croisement des houles de secteur Est et Sud. La baie de Vaiare, face à Tahiti, accueille plusieurs fois par jour les nombreux ferries et catamarans express qui assurent la liaison entre Papeete et Moorea. Sur la côte nord, deux passes faciles et bien balisées donnent accès à deux profondes échancrures. La passe de Avaroa s’ouvre sur la baie de Cook. Cette baie immense offre l’avantage d’être bien protégée des vents d’Est, mais les effets venturi par Mara’amu peuvent y être violents. Les fonds de 15 à 20 mètres de la baie, nous incitent plutôt a mouiller notre ancre dans le chenal lagunaire après la pointe Paveau par 17.28.88 S et 149.48.79 W sous des fonds émeraude par 6 mètres d’eau.
Sûrement plus aisé pour Cook en 1769 ! Bien difficile aujourd’hui de mettre pieds à terre dans cette baie. A l’approche de notre annexe vers la rive, des meutes de chiens manquent de nous dévorer ! Les investisseurs étrangers se sont très souvent octroyés les accès sur la mer. Heureusement pour nous sauver des crocs de ces enragés, un vieil homme Polynésien, nous invite gentiment a débarquer sur sa propriété.


167 BAIE DE COOK

Nous retrouvons avec joie Monique et Christian installés dans un magnifique faré surplombant la baie.
Belles retrouvailles et que de récits et d’anecdotes a se raconter depuis nos folles randonnées au Cap Vert, il y a plus de 10 ans, déjà !


168 BAIE D'OPUNOHU

Située à 2 miles dans l’Ouest, la passe de Tareu, donne accès à la baie d’Opunohu. Beaucoup plus sauvage et belle que la précédente mais présentant des fonds avoisinant tout de même encore les 15 mètres. Nous trouvons comme beaucoup d’autres voiliers, sur bâbord en entrant, en prenant soin de contourner le récif de Vaipeu vers la pointe Vaipahu, un beau et bon mouillage par 17.29.32 S et 149.51.04 W sous des fonds de 5 mètres d’eau. La belle plage publique de sable blanc, nous permet un débarquement aisé en annexe et pouvons partir tranquille en randonnée .

Au fond de la baie d’Opunohu, un chemin goudronné conduit sur la gauche au domaine agricole de l’île. Nous découvrons avec la visite du lycée agricole, la diversité de la flore et des innombrables plantations d’ananas. Les ananas de Moorea, renommés pour leur saveur constituent actuellement la plus grosse production agricole de l’île. Leur jus est extrait sur place, en usine, et commercialisée directement sur la Polynésie.

   
169 LE LYCEE AGRICOLE                                              170 PLANTATIONS ANANAS

  
171 ANANAS

Poursuivant cette même route nous découvrons et parcourons le sentier aménagé autour des plates-formes d’archers dans le marae Afareaito. Le belvédère met fin à la route goudronnée. De cet espace maladroitement aménagé, la vue est grandiose. Encerclés de gigantesques falaises de lave, nous savourons les dégradés de vert, encadrés par les deux baies aux tons de bleus et turquoise avec en fond, l’océan. De là, un petit sentier balisé permet de grimper jusqu’au col des 3 cocotiers, belle balade de quelques heures accessible à tous, traversant une magnifique foret de bambou. Du haut de la montagne les dégradés de couleur des eaux du lagon sont féeriques.

  
173 VUE DU BEVEDERE                                                                                       174 BAMBOU AUX 3 COCOTIERS

           
175 COL DES 3 COCOTIERS       176 COL DU COCOTIER

Nous écourtons notre séjour sur Moorea, car les conditions météo en ce début de mois d’août sont exceptionnelles et très favorables pour une belle traversée de 85 miles vers l’île de Huahine.
Alors il faut en profiter, mettez le cap avec nous et en route pour de nouvelles aventures vers les îles sous le vent. ….

Retrouvez-nous bien vite sur la GAZETTE 28
Des îles sous le Vent avec HUAHINE, RAIATEA, TAHAA et BORA BORA


177 EN ROUTE POUR HUAHINE

Pascale et Philippe ou « les Biquets en Voyage »


Pour nous retrouver à bord, embarquez sur "Voyage" CLIQUEZ ICI
Page précédente
Page accueil des Biquets
Accueil du site Loren
Page suivante
E-mail aux Biquets :  Cliquez ICI
Sommaire des liens de Loren